RIP, enquêteurs

image (1)

RIP est une équipe de chasseurs de fantômes qui crève l’écran depuis 2011 mais ils existaient déjà bien avant et ont un parcours très intéressant que je souhaitais mettre en avant au travers d’une interview. RIP est à mes yeux une équipe sérieuse qui change le regard posé sur le paranormal en France et qui pose véritablement la question en profondeur de la probabilité d’une survivance d’âme ou de conscience après la mort. Leurs enquêtes sont passionnantes et si vous ne le connaissiez pas, laissez-vous envoûter grâce à cette interview.

 

ParanormalifeRIP a été fondé en 2002, quel a été l’élément déclencheur de ce projet ?

Anthon : Pour essayer d’être plus exact je dirais que RIP a été imaginé en 2002, et sera officieusement fondé en tant que groupe informel en 2004. L’élément déclencheur est sans aucun doute la curiosité qui se cache derrière  le «  I want to believe » de notre très cher Fox Mulder. Mon frère a vécu une expérience de Rencontre Rapprochée du 1er type (RR1) en 1998 en Grèce. Ça l’a bouleversé au plus profond de lui… Je pense qu’une petite graine a commencé a germé durant plusieurs années, elle s’est nourrit d’un attrait que nous avions depuis petit pour l’histoire, la SF, les mystères du monde, le cinéma, les jeux vidéo. Quand on était petit on passait nos après-midi ou soirées à regarder des documentaires type : les grandes énigmes du siècle dans le vieux coffret VHS rouge que l’on trouvait en Kiosque lol, ou bien regarder X-files tout en prenant des notes en s’imaginant qu’un jour on pourrait aussi faire nos propres enquêtes. Dès 2004, après de longues sorties en solo, duo ou trio chaque semaine en région Rhône-Alpes, le col de Vence, les maisons à rumeurs du coin, les soirées documentaires, les rencontres lectures, un long apprentissage à moitié théorique et à moitié pratique. Ensuite tout s’enchaine en 2006 avec l’association puis la société en 2008.

P: Votre équipe se compose de 6 personnes : Nico, Anthon, Mariana, Denis, Terry et Davy, comment vous définiriez-vous chacun au sein de l’équipe ? 

Anthon : On est une équipe hétérogène. Complémentaire. Chacun aborde le paranormal avec un point de vue différent, et c’est cette synergie qui renforce la qualité de nos enquêtes. Je me vois un peu comme le stratège de l’enquête, ou, qui, quoi, comment. Mais une fois lancé je bouillonne, j’ai un pied dans le monde de l’invisible et je ne veux jamais en sortir sans réponse, sans phénomène, creuser, continuer, partager et aller au bout de l’enquête. Souvent je me laisse emporter par un mélange d’émotions, de ressentis et curiosité.

Nico : Je vais vous donner un adjectif par équipier, sacré défi ! Honneur au femme Mariana sceptique. Anthon énergique. Terry consciencieux. Davy sensible. Denis détendu . Nico passionné.

Denis : Je me définirais comme quelqu’un de multitâches, je suis responsable du matériel en priorité mais étant dans l’équipe depuis sa création je peux être amené à aider sur plusieurs plans s’il le faut. J’aime aussi le côté relationnel que j’entretiens avec mes collègues qui sont avant tout des amis que ce soit avant, pendant et en dehors des enquêtes Rip !!!

Mariana : je suis une femme sensible, ouverte d’esprit mais qui flippe devant un bon film d’horreur! Pourtant, en enquête c’est l’inverse: au moindre bruit mon esprit rationalise tout de suite et fait de moi (le plus souvent) quelqu’un de très terre à terre face à ces phénomènes.

Terry : Pour ma part, je ne suis pas de la même région que le reste de l’équipe alors je me définis un peu comme un électron libre, un œil extérieur. Cette distance me permet d’avoir une réflexion différente, un avis neutre à proposer. Cet isolement me permet vraiment de faire le point sur tout ce qui s’est déroulé lors de nos enquêtes.  J’ai aussi mes propres expériences, recherches,  et idées qui viennent se greffer sur le travail  de RIP.

Davy : « Le petit nouveau » enquêteur pour la saison 4 sur 11 épisodes, mon rôle est plutôt touche à tout et j’aime la confrontation science/paranormal

P: Nous avons tous un mentor, un modèle qui nous instruit ou nous inspire, quels ont été les vôtres dans le domaine du paranormal ?

Anthon : C’est une question pertinente qui pourrait nécessiter un long argumentaire sur les raisons induites à ces inspirations mais on va essayer d’aller droit au but. Je vais donc donner une liste exhaustive qui n’a pas de point de départ, ou de premier mentor avant les autres. Je dirais que chacun des noms ici, ont dans leurs domaines respectifs apportés leur pierre à l’édifice dans notre inspiration : Camille Flammarion, Harry Price, Ed et Lorraine Warren, TAPS, Erick Fearson, Hans Holzer, Peter Underwood et les frères Bogdanovs.

P: Dès 2007, vous avez été approché par les médias, entre autre deux reportages pour une chaîne Suisse et une chaîne Allemande, et une interview par Fun Radio, quel a été l’accueil à l’époque ? Les médias ont-ils tenté de déjouer votre crédibilité ?

Nico : Il y a deux choses à noter, la première concerne les reportages là ou une équipe de TV vient nous rejoindre sur un tournage et en règle générale, ils sont plutôt ouverts à nos démarches car indirectement on les sort de leur routine, ce fut le cas pour APTN. Puis dans un second temps il y a les endroits où l’on est invité, Cauet, Fun Radio, ou là malheureusement on va être le sujet de la honte, celui qu’il faut décrier. Après pour être honnête l’exercice est périlleux, à nous d’être bon pour les convaincre. Mais en général convaincre que nous sommes sérieux les fait encore plus rire.

IMG_6056 (Large)

P: Parlons média justement. La télévision française semble être encore relativement frileuse quand il s’agit d’aborder le paranormal, pour quelles raisons selon vous ? Depuis toutes ces années constatez-vous un changement ?

Nico : Non. Je ne note aucun changement notoire dans leur attitude désastreuse vis-à-vis de notre passion. Seront-ils capable un jour d’assumer cette thématique? Ma réponse est non car ce n’est pas dans les mœurs des français d’avoir l’esprit ouvert bien au contraire, nous aimons les certitudes et non la surprise, triste mais vrai. Les télévisons sont cloisonnées par leur audience et personne n’a le courage de prendre les téléspectateurs au sérieux.

P: RIP chasseurs de fantômes est diffusé la première fois en 2008 sur la chaîne W9, un projet avorté rapidement, quelle en a été la raison ?

Anthon : L’éthique et l’authenticité. Gagner de belles sommes d’argent en levant sa jupe, c’est pas vraiment notre truc dans R.I.P. Le projet W9, on ne crache pas dessus car il nous a permis de nous faire une certaine expérience du milieu. Mais la transformation du projet original et du montage final par W9 nous a clairement indiqué que nous n’avions pas la même approche personnelle, artistique de la chose. Nous on y voyait une occasion de donner une émission sans esbroufe et sans artifice, eux c’était plutôt tout l’inverse. Malgré de très bons résultats d’audiences nous avons pris la décision (dure à l’époque) de refuser de prolonger le contrat. De notre point de vue après quelques années de galères, nous mettions fin à une chance de continuer, gagner de l’argent même si il fallait pour cela transformer notre idée originelle en show. Qui aurait claqué la porte au nez de M6 ? Qui ? C’est pour ça que certaines critiques sont parfois dures à avaler sur ce sujet, lorsqu’on nous traite d’acteur, de tricheur et de faire ça pour l’argent. Mais bon, comme disait Barnum, un abruti naît toutes les minutes… Et avec le recul nous ne regrettons pas notre choix, car il a été bénéfique. L’argent vaut-il plus que l’honnêteté ? Je ne pense pas.

P: Vous êtes désormais diffusé depuis 2011 sur Planète + A&E, si vous deviez définir votre programme, votre équipe, votre éthique à quelqu’un qui ne vous connaîtrez pas, que diriez-vous ? 

Anthon : Nous sommes à mi-chemin entre le documentaire et l’expérience réelle. Je décrirai ça comme une immersion… Beaucoup trop de gens ne voient l’émission que par le frisson et le fantôme, alors que l’important est ailleurs. Il est dans l’ensemble de l’investigation, les émotions, le lieu, le propriétaire, l’architecture, les surprises, les enquêteurs, les analyses… Tout un ensemble qui mit bout à bout délivre une histoire. Cet ensemble est indissociable de notre éthique : Montrer ce que l’on vit, ce que l’on voit, ce que l’on trouve sans le transformer.  Il convient de souligner que l’apparence d’un fantôme dépend intégralement de la perception induite de l’observateur, et devient donc ainsi totalement subjectif s’il est seul au moment de l’observation. Cela nous insiste donc à souligner la différence entre objectif et subjectif sur un sujet où la frontière entre  la réalité et l’imagination est minime. Notre programme explore cette idée de flirter entre deux mondes afin de laisser une porte ouverte à certaines interrogations. Car honnêtement chacun d’entre nous devrait se poser la problématique suivante : l’avancement sans preuves d’existence ? Ou l’arrêt sans preuves d’inexistence ?

P: La saison 4 sera diffusée en mars 2014. Les 3 premières saisons ont permis aux téléspectateurs de voyager en France et en Europe, entre autre en Italie, en Suisse, en Slovénie et en République Tchèque. Quelles destinations allons-nous découvrir dans la saison 4 ? 

Nico : Pour cette nouvelle saison nous avons deux grandes destinations chères à notre cœur, la Roumanie pays incroyable de par son histoire sur l’un des personnages de la fiction les plus populaires, le comte Dracula, mais nous allons nous rendre en Angleterre aussi, mère patrie avec l’Écosse du monde  des esprits. Pensez-vous que nous avons vu des fantômes? La réponse est oui!

P: Envisagez-vous de repousser les frontières pour les prochains tournages 

Nico : Bien sûr, si Planète Plus A&E nous le permet. Les USA et le Japon sont dans notre ligne de mire.

P: Quel(s) lieu(x) vous a permis d’être plongé en plein cœur du paranormal et d’y vivre des expériences que vous n’avez pu expliquer ? 

Anthon : D’un point de vue paranormal, ce qui s’est passé à Bonaguil, ce vortex sonore reste la chose la plus forte jamais vécu. D’un point de vue personnel, le pensionnat abandonné à découvrir en Saison 4, l’Hôtel du Louvres et le château de Fougeret.

Nico : Pour moi quelques lieux nous ont vraiment surpris dans leurs événements, Bonaguil, Fougeret, Vallogne entre autre.Mais si devait en citer un seul ça serait Bonaguil, un moment unique qui encore aujourd’hui me fait vraiment tremble.

Denis : Le château de Fougeret que l’on voit dans la saison 2 a été une expérience impressionnante pour moi car j’ai vraiment eu « contact » avec une entité et c’est quelque chose qui m’a marqué et sans spoiler quoique ce soit dans la prochaine saison j’ai plusieurs lieux où j’ai pu revivre une telle expérience…

Mariana : l’endroit le plus inexplicable pour moi et le château de Bonaguil ou nous étions presque tous présent. J’ai perçu sur le moment ces chuchotements comme des dizaines d’âmes en peine au-dessus nous… Un seul mot: terrifiant !

Terry : je dirais qu’en général, chaque lieu à son atmosphère, mais à des degrés bien distincts, un simple ressenti pour certains et une forte réflexion pour d’autres. Ma plongée au cœur de l’étrange sera dans la saison 4, au cœur du château de Pengersick,  et dans un ancien pensionnat. Des lieux avec des histoires bien différentes qui, pour moi, m’ont donné le frisson mais surtout à réfléchir et une envie encore plus forte de persévérer dans nos travaux. Vous verrez tout cela lors de la diffusion !

Davy : J’ai 11 lieux à mon actif au sein de la Team RIP, et plusieurs lieux m’ont marqué! On ne peut pas tous les citer  mais 3 sortent du lot: le château de Puymartin et celui de Lanquet , sans oublier l’ancien pensionnat, ou j’ai vécu des expériences qui me laissent encore perplexe…

P: Y’a-t-il un ou plusieurs lieux dit hanté(s) que vous aimeriez visiter même sur un point de vue personnel ? 

Anthon : Bien évidement le sanatorium de Waverly Hills aux USA, l’hotel de Tequendama en Colombie, les catacombes de Paris en France et enfin  l’île de Poveglia en Italie

Nico : Je ne vais pas être original mais il y a la forêt Aokigarajukai au Japon mais aussi le sanatorium de Waverly Hills aussi. Cependant si on voulait être un peu plus original, je dirai un cimetière indien …pourquoi pas!

Denis : D’un point de vue personnel non mais par réputation oui et je dirai sans hésiter le sanatorium de Waverly Hills aux États Unis

Mariana : Un lieu fou où  j’aimerai aller : en Égypte dans le tombeau d’un pharaon !

Terry : Comme bon nombre, j’aimerais enquêter au sanatorium de Waverly Hills, la forêt d’Aokigahara, les voutes d’Edimbourg, Alcatraz  et biens d’autres… en fait, si il y a des légendes,  je suis partant !

Davy : Je pense que la Maison Blanche serait un des lieux les plus fun pour faire une enquête.  Mais il ne faut pas rêver 🙂

P: L’approche de vos enquêtes allie subtilement aussi bien le ressenti que la science. Vous vous appuyez aussi sur la technologie développées par des ingénieurs, quels appareils aimez- vous le plus manipuler et pourquoi ? 

Anthon : La preuve est l’ennemi de la foi… Cela défini plutôt clairement de quelle coté RIP se positionne. Nous voulons y croire, mais pas aveuglement. Nous cherchons des faits. Pour être un bon chasseur de fantômes il faut savoir allier l’ouverture d’esprit directement nourrie par les sens, l’observation et les ressentis. Mais aussi la rigueur d’analyse qui elle est nourrie par des protocoles et une stratégie d’enquête. Notre démarche s’installe dans organisation aux méthodes scientifiques, nous ne sommes pas des scientifiques nous empruntons juste la démarche. Partir d’hypothèses pour trouver des faits, les analyser et en tirer des résultats. Lorsque quelque chose ne fonctionne pas, vous commencez à comprendre pourquoi afin de trouver une solution. C’est exactement la même démarche pour R.I.P. Pas de suppositions, pas de médiumnité ou d’interprétations personnelles et uniques où seul le voyant est juge de ses dires. Nous avons basés notre démarche sur les faits, et des protocoles propre à notre équipe afin de rester le plus objectif et pertinent lorsque l’on est en enquête sur un lieu. Les appareils que nous utilisons n’ont rien de scientifique, car ils ont été inventés en général il y a bien des années dans différents corps de métiers, nous les avons juste emprunter et associer à nos théories car ils étaient les outils les plus adaptés pour calculer ou rechercher ce dont il était question dans ces théories ( qui remontent à la fin du 19eme siècle et l’expansion de la métaphysique ) Attention RIP n’a pas inventé ces théories, même si nous en avons apporté des nouvelles comme la théorie des ESP et de la répulsion humaine.

Personnellement j’adore utiliser les appareils d’enregistrements sonores comme le DEI  car ils donnent une source solide à étudier avec un ingénieur du son. Elle s’enregistre en tant que données, reproduisible et analysable dans le temps. Vous pouvez stocker votre résultat sur une carte SD ou un disque dur. Contrairement au déclenchement de K2 qui lui doit être analysé dans les 5s qui suivent, vous n’avez pas de seconde chance car vous ne pourrez jamais reproduire la situation exacte de ce déclenchement, ou stocker les données de la situation sur un support comme les EVPs ou ESPs.

image (2)

P: Outre recenser, constater et démystifier les faits, il est encore très difficile à ce jour de démontrer une quelconque survivance de l’âme ou encore la présence d’un Au-delà. Plusieurs théories sont exposées, la cosmologie parle par exemple de méta-univers et d’un possible Au-delà, de Vortex qui seraient des passages de notre monde à d’autres mondes parallèles. La physique quantique parle plutôt de psychomatière, métaconscience et d’ur-delà ect … Après tant d’expériences vécues, ou se portent vos croyances ? 

Anthon : Les croyances, un mot extensible à l’infini selon l’expérience, effectivement. J’aime ce genre de question. On reproche souvent à RIP de ne pas croire aux fantômes suffisamment. Mais existe-il une échelle de mesure de la croyance ? Non.  Si nous avions la preuve qu’ils existent, nous ne serions pas des milliers dans le monde à les chercher, alors qui y croit plus que l’autre, est-ce vraiment important ? Non. Il n’y a rien de pire que la certitude, car elle annihile toutes formes de recherches tangibles. Etre sur des résultats avant même de les chercher, c’est les inventer ! Je pars du principe que nul n’est capable de dire si les fantômes existent réellement et s’il est possible de le prouver physiquement, rationnellement. A partir de ce constat-là qui est juste, c’est 50/50. Croire aux fantômes à 100% donner une hypothèse de départ fausse, une équation erronée et un résultat/conclusion faux. L’inverse est aussi juste, ne pas y croire donner un résultat faux. Alors autant partir dès le départ sur un simple « pourquoi pas ».

Personnellement je crois aux pistes soulevées par la science quantique. Vous mentionnez certaines approches qui nécessitent une certaine gymnastique intellectuel que tout le monde n’est pas capable d’effectuer, mais qui moi me plaise. Les lignes de Ley, les Vortex ou la théorie des trous de verre d’Einstein (confirmé par la Nasa il y a quelques années avec Gravity Pr. B) attestent donc d’une malléabilité du temps. Si on l’associe à d’autres théories comme la théorie des cordes ou le 4ème corolaire de Newton. Alors là : Tout est possible. Et ça, je veux y croire.

P: Les chasseurs de fantômes outre-Atlantique tels que Ghost Hunters ou encore Ghost Adventures ont pour habitude d’aller à l’encontre de leurs fans lors de conventions ou d’événements spéciaux, comme par exemple des Ghost Tours, est-ce un projet envisageable pour RIP ? 

Nico : Nous y pensons depuis des années, et la réponse est oui! Nous aimerions le faire. Cependant nous sommes en France et comme rien n’est facile et tout est compliqué cela ne se fera pas dans l’immédiat. Pour se réaliser, il faudrait que de tels événements existent déjà mais aussi que le groupe Canal + nous soutienne d’avantage dans la prise en charge de stands et autre.

P: Imaginons un instant que votre budget soit illimité, quelles seraient les améliorations que vous apporteriez à votre émission ? 

Anthon : On nous a posé cette question dans le dernier podcast. A  vrai dire, il est certain que l’argent reste le nerf de la guerre. Je pense que nous améliorerons le matériel avec bien sur des équipements peut être plus exclusifs, ou sur mesure avec les techniciens qui vont avec. Comme une régie de son complètement géré et installé par des techniciens pour nos enquêtes. Des caméras thermiques, un bus régie pour les déplacements, plus de moyen donc pouvoir rester sur place plus longtemps, et bien sûr faire le tour du monde 😉

P: Vous avez mis en place des podcasts sur votre site web, permettant à vos fans de vous retrouver et d’aborder des sujets divers. Il a été évoqué entre autre l’idée d’une chaîne paranormale, pensez-vous que ce serait un projet viable en France ? 

Nico : Oui je suis convaincu de la nécessité de développer une pareille chaîne, c’est la clef de la survie de notre thématique en France sinon nous allons mourir. Pour être franc, j’y pense tous les jours, on doit faire quelque chose si on veut aller de l’avant. Si un homme d’affaire ayant les moyens nous lit aujourd’hui je l’invite à nous contacter via les réseaux sociaux.

P: Aimeriez-vous voir votre équipe s’agrandir dans le futur ? Ou peut-être envisagez-vous d’inviter des guests au cours de vos enquêtes ? 

Anthon : Nous y réfléchissons, mais pour être honnête cela ne serait que pour une seule et unique place. Nous sommes quasiment à l’équilibre parfait en terme de rendement, d’organisation et de gestion. A six personnes tout marche comme sur des roulettes. Je dirais qu’il manque encore un brin de féminité chez nous ! Pour les guests, nous avons décidé que si nous avions l’occasion d’inviter quelqu’un sur un tournage cela serait : Soit un fan, soit un passionné du paranormal. Si vous me demandez implicitement à qui je pense : J’aimerais sans hésiter les frères Bogdanov.

image

P: R.I.P. diffusé mondialement dans les années à venir, utopie ou réalité ? 

Anthon : L’émission a été vendue en Russie et au Canada. Donc petit à petit nous travaillons à cette expansion. C’est donc une réalité quelque peu utopique à l’heure actuelle J.

Nico : Rien n’est utopique si on y croit. Qui aurait deviné qu’on en arriverait déjà là 😉

Denis : Nous travaillons sur le projet avec notre maison de production c’est en bonne voie mais ça n’est vraiment pas facile. Ce serait vraiment génial de pouvoir montrer a d’autres pays qu’ il n y a pas que les américains dans le domaine lol

Mariana : Je souhaite que nos efforts payent un jour, bien sûr.

Terry : Pourquoi utopie ? Je trouve même que c’est en France qu’il est le plus difficile de diffuser ce genre de documentaires… Ils sont beaucoup tournés à la dérision, ce qui fait que le sujet se décrédibilise… Alors que  je dis souvent : qui n’a jamais parlé de fantômes, d’histoires étranges ?

Davy : Toute l’équipe aimerait que ce soit une réalité mais malheureusement ce n’est pas de notre ressort pour l’instant, on y travaille.

P: Qu’aimeriez-vous nous dire pour conclure cette interview ? 

Anthon : N’oubliez pas de vous abonner si vous ne voulez pas rater cette saison 4 qui sera hallucinante ! The truth is out there bande de dingues, grand merci pour cette interview de qualité, merci aux rippers, à nos trois rédacteurs Vio Quentin Yohann et à toi Vanessa !

Nico : Merci pour cette super interview … Très complète !

Denis : Pour finir je remercierais Quentin, Yohann et Violaine pour leur travail sur le web? tous ceux qui nous suivent, nous soutiennent, on continue de notre côté a développé des news, des vidéos, des podcasts soyez nombreux a nous rejoindre sur le site www.rip-paranormal.com et les réseaux sociaux. N’oubliez pas les rediffs sur Planète + A&E mi-décembre des saisons 1,2 et 3 et mars 2014 pour nos nouvelles aventures.

Mariana : Merci pour cette interview.

Terry : Je voudrais dire que si le paranormal vous intéresse il faut soutenir RIP et Planète no limit  devenue Planète A.E si vous voulez que l’aventure continue.  Merci à tous et surtout à RIP pour m’avoir permis d’assouvir ma passion !

Davy : Vivement la saison 5. Un grand Merci à tous les fans de RIP pour leur soutien et leur encouragement.

Merci à toute l’équipe de R.I.P. d’avoir répondu à cette interview. Si vous souhaitez vous aussi apporter votre soutien et contribuer à ce mouvement tendant à crédibiliser la quête du paranormal, n’hésitez pas à suivre l’émission de R.I.P. et vous abonner à Planète + A&E. Les 3 premières saisons seront rediffusées courant Décembre 2013 et la saison 4 inédite sera diffusée en Mars 2014.

En attendant vous pouvez suivre Anthon, Nico, Mariana, Denis, Davy et Terry sur les réseaux sociaux.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s